Republique Algerienne Démocratique et Populaire

Ministère de l’Agriculture , du Développement Rural et de la Pêche

Administration Chargée de la Pêche et de l’Aquaculture

Le Martyre Belkacem GRINE Courage et Témérité

Belkacem GRINE naquit le 27 Mai 1927 à Douar Kimmel, ‘Arche de Takout à Arris dans la région des Aurès.

Après avoir appris le Saint Coran dans son village natal, il poursuit ses études classiques en langue arabe à la Zaouïa de Sidi Feth Allah, auprès du l’honorable Cheikh OUERTANE.

En 1939, il part en Tunisie pour y poursuivre ses études et revenir, une année plus tard, à son village natal.

Son caractère rebelle et révolté contre la situation pitoyable dans laquelle vivait le Peuple Algérien, sous le joug colonial, le poussa à renier le service militaire obligatoire au sein de l’armée française, qui le déclara hors la loi depuis 1950.

Cette personnalité exceptionnelle lui valu la confiance du Chahid Mustapha BEN BOULAID et d’entrer en contact avec le mouvement national depuis la fin des années quarante.

En 1951, Belkacem Grine a été chargé d’enrouler et d’instruire les bénévoles et de rallier la Tunisie et la Libye pour l’achat d’armes et de munitions.

En Mars 1952, Belkacem GRINE constitua un groupe armé et fit des monts des Aurès une base pour lancer ses attaques contre les forces d’occupation. Durant cette période, les autorités françaises et les média coloniaux tentèrent de ternir l’image de sa résistance en le qualifiant, ainsi que son groupe, de "brigands" et de "hors la loi".

Mais le héros martyre poursuivi ses opérations en faisant subir aux forces coloniales défaites après défaites. Ce qui poussa les autorités françaises de lancer contre lui une récompense de 100 millions d’anciens francs français pour celui qui le capturera mort ou vif.

Après le déclenchement de la Guerre de Libération, Belkacem GRINE a pu, en compagnie de son groupe armé, infliger à l’armée française moult défaites, jusqu’au fameux jour du 17 Novembre 1954. En ce jour-ci, les forces coloniales ont commencé à mener une campagne acharnée sur les positions des Moudjahidines basés dans le mont de Chélia, au sommet des Aurès, dans le cadre d’une vaste opération militaire qui vise expressément l’élimination de Belkacem GRINE et de son groupe. L’opération a mobilisé les parachutistes et l’aviation militaire en renforcement des 5.000 hommes à terre.

Après plus de 10 jours de résistance, durant lesquels il donna aux troupes de l’armée française une leçon de courage et de témérité, Belkacem GRINE tomba au champ d’honneur, auprès de ces compagnons, le 28 novembre 1954.

Gloire à nos martyres